Épuisés, les professionnels de santé appellent au secours

Épuisés, les professionnels de santé appellent au secours

Épuisés, les professionnels de santé appellent au secours

Au Canada, la crise du personnel soignant semble s’empirer. Non seulement des salles d’urgence ferment, mais en plus, les délais d’attente pour bénéficier des soins de longue durée s’éternisent. Par ailleurs, les médecins de famille se font de plus en plus rares. Ces phénomènes sont essentiellement dus à l’épuisement mental et physique du personnel soignant. On leur demande de travailler dans des conditions difficiles qui se sont davantage dégradées depuis la crise sanitaire.

Un épuisement professionnel qui touche l’ensemble des travailleurs de la santé

Avant même le début de la pandémie, les travailleurs de la santé souffraient déjà de burn-out. Cet épuisement professionnel se répercutait sur leur état de santé tant physique que mental. Avec la crise du Covid-19, la situation s’est empirée. Les environnements de travail des personnels soignants les ont exposés à un virus mortel. À la crainte de contaminer les proches s’ajoute l’augmentation du taux de violences qu’ils subissent.

Les actes d’agression verbale sont les plus courants. Ils proviennent principalement des patients, de leurs compagnons ou des membres de leur famille. Moins fréquente, la violence physique dirigée contre les professionnels de santé inclut les gifles, les bousculades, les coups de pied ou encore les coups de couteau. Elle est généralement commise par des patients ayant des antécédents d’abus d’alcool, des troubles psychiatriques ou des troubles cognitifs.

Ces facteurs poussent de nombreux travailleurs de la santé à démissionner, ce qui rend encore plus pénibles les conditions d’exercice des personnels restants. L’épuisement physique et émotionnel ne concerne pas qu’un groupe de travailleurs. Il touche aussi bien les préposés aux bénéficiaires que les médecins, les infirmiers et les ambulanciers. De plus, le burn-out concerne les soignants exerçant en milieu hospitalier, dans les établissements de soins de longue durée, les services d’urgence et les établissements de soins primaires.

L’enjeu est énorme, car la sécurité et le bien-être au travail impactent sur l’absentéisme, la productivité, la rétention du personnel, les conflits professionnels… D’où l’importance de créer des environnements sûrs pour les personnels soignants !

Les mesures à prendre pour favoriser le bien-être du personnel soignant

Effectifs réduits, surcharge de travail et vacances annulées sont autant de sources de stress auxquelles les professionnels de santé sont confrontés depuis des années. Elles ont eu d’importantes répercussions sur leur bien-être et leur santé. Pour que les soignants se sentent soutenus et en sécurité au travail, différentes mesures s’imposent. Premièrement, il convient de renforcer leur résilience. Certes, la douleur et le décès font inévitablement partie du quotidien des soignants. Toutefois, ils ont également leurs limites. Pour réduire le niveau de stress du personnel, les gestionnaires du réseau de la santé peuvent par exemple garantir le départ en congé des travailleurs.

Deuxièmement, l’instauration d’un climat de travail à la fois sûr et équitable contribue à favoriser leur bien-être. Pour ce faire, il est important d’adopter des procédures opérationnelles adéquates et des politiques transparentes au niveau des ressources humaines et des soins cliniques.

Troisièmement, les dirigeants des établissements de santé ont, eux aussi, besoin d’être soutenus. Ils ont travaillé sans relâche ces dernières années, surtout pendant la pandémie de Covid-19. Ils méritent d’être encouragés et récompensés pour leurs efforts.

Enfin, la communication est essentielle pour instaurer un climat de confiance entre les dirigeants et les personnels soignants.

Leave a Reply